THÉ Et FEU

Bienvenue sur TFE. Buvons du THÉ et discutons autour du FEU. Hoşgeldiniz, sefalar getirdiniz.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Journée de la femme

Aller en bas 
AuteurMessage
LeylaK
Ami Serein du Thé Ecarlate
Ami Serein du Thé Ecarlate


Nombre de messages : 382
Age : 100
Date d'inscription : 09/02/2006

MessageSujet: Journée de la femme   Jeu 8 Mar - 18:55

//


Dernière édition par LeylaK le Jeu 20 Nov - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdemCan
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Masculin Nombre de messages : 1288
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 06/07/2005

MessageSujet: Re: Journée de la femme   Ven 9 Mar - 1:00

Bonne fete à vous toutes Fleur

"Depuis des siècles, dans toutes les sociétés hiérarchisées, la plupart des femmes ont vécu soumises à l'autorité des mâles, pères, frères, maris ou autres.C'est que, mères, elles sont les matrices de la reproduction de l'homme en tant qu'être vivant, et leur soumission, greffée sur cette nécessité, constitue alors la cellule reproductrice des relations autoritaires, caractéristiques des organisations sociales pyramidales. Certes, par le jeu de miroirs des divisions internes à ces structures, la femme détient à son tour une partie de l'autorité dans certains domaines, variables selon les cultures, mais le fondement de toute autorité se trouve dans le rapport de soumission qui fait coïncider la reproduction biologique avec la reproduction des relations de pouvoir. C'est pourquoi le phallus, qui n'a biologiquement aucun moyen de blesser ou d'en imposer à quiconque, est devenu symboliquement sceptre, crosse, sabre ou goupillon, tous emblèmes d'autorité d'un maître sur ses esclaves (avoir de l'autorité de dit alors métaphoriquement « en avoir au cul »).

Comme tout mouvement dit de « libération », celui des femmes peut s'orienter sur deux voies différentes, également possibles, et divergentes : 1) changer le mode de distribution des rôles entre dominateurs et dominés (prendre le pouvoir), ou bien 2) créer les situations rendant impossibles les rapports de domination (abolir le pouvoir). Le premier objectif est celui dit de la parité, qui vise à instaurer entre les humains un système de compétition et de domination ne dépendant pas des sexes (ou des races, selon la perspective dite « politiquement correcte » et sa stratégie dite de « discrimination positive »). L'autre objectif est celui de la liberté, généralisée à toutes les entreprises humaines, dans un système social d'où seraient absents les rapports de compétition et de domination.

Ces deux courants, l'un paritaire et l'autre libertaire, ont parcouru, depuis leur apparition, les divers mouvements de libération des femmes (et, à leur suite, ceux de libération des homosexuels). La différence entre ces deux tendances est de taille. D'un côté, elle renforce les mécanismes d'inégalité et d'injustice. D'un autre, elle vise l'harmonie sociale, selon des principes d'égalité et de justice.

On se souvient de cette blague idiote, rapportant la visite d'un infirme au bras coupé à une source miraculeuse. Ayant supplié la divinité de « faire que ses deux bras soient pareils », il s'est retrouvé manchot. Ainsi les féministes qui revendiquent le même pouvoir que les mâles participent-elles, en confirmant la logique de la domination, à l'asservissement de l'humanité sous toutes ses faces. Les monstres d'Etat comme Catherine de Russie, Victoria, Margaret Thatcher et consoeurs, font équilibre aux Napoléon, Hitler, Staline, Bush et confrères.

La promotion de la femme à l'intérieur d'un système de domination est pour celui-ci le meilleur des arguments publicitaires. Le nombre de femmes chefs d'entreprise, par exemple, permet de dédouaner la fonction patronale de ses connotations seigneuriales. Rien de tel qu'une femme d'affaires pour redorer le blason de l'affairisme en général. Bientôt, on verra des femmes politiques porter les mêmes uniformes cravatés que leurs homologues masculins. La logique de la parité aura atteint son sommet d'absurdité quand il y aura autant de femmes que d'hommes chez les fascistes, les tortionnaires ou les serial killers.

Pendant longtemps, l'Eglise de Rome n'a pas reconnu aux femmes le privilège d'avoir une « âme ». Mais cela ne les empêchait pas d'avoir du coeur, de la douceur, de l'affection, et de la beauté. Il n'est pas sûr qu'elles aient collectivement gagné à l'acquisition d'une âme, car promues ainsi dans les rangs des fidèles, elles sont entrées dans la spirale des obligations religieuses et des servitudes associées. Nombre d'entre elles ne sont pas pliées aux nouvelles règles, et ont brûlé sur les bûchers que la barbare Eglise dressait sur les places publiques pour éliminer physiquement comme sorcières ou hérétiques celles et ceux qui osaient vouloir vivre selon des principes de liberté.

Dans un premier temps, la soumission de l'épouse à l'époux avait trouvé dans la parole de Dieu les mêmes justifications que la soumission des sujets au prince. Le droit divin servait de cause à toutes les manifestations de l'autorité. Puis est venu le temps de l'abolition des privilèges aristocratiques et leur remplacement par les mérites de l'argent. La raison profane du plus fort s'est substituée aux raisons sacrées d'être le plus fort. Ce n'est plus la volonté divine, mais les effets rationnels de la « sélection naturelle », qui justifient désormais l'inégalité pratique entre des hommes, par ailleurs reconnus théoriquement comme « libres et égaux ». Cette théorie de type darwinien, affirmant « que le meilleur gagne » (ou le plus adapté, ce qui revient au même), signifie qu'on accorde aux puissants le mérite d'avoir gagné et, partant, d'être les plus méritants. Quand la preuve qu'on est bon réside dans la réussite, ceux qui sont au sommet n'ont plus besoin de la bénédiction du ciel pour s'affirmer meilleurs que tous les autres. L'excellence ne descend plus d'en haut, mais surgit de la terre pour auréoler le front des propriétaires. De ce fait, la nécessité naturelle de la compétition justifie toutes les injustices. Sa publicité occupe alors les écrans de la propagande moderne, sous forme de matchs sportifs, de films de guerre, de concours en tout genre et de discours. Il faut persuader les gens qu'aucune autre société n'est possible que celle où le pauvre (le faible) est « libre » d'être l'employé du riche (le fort). La cellule de base de ce faux choix reste la famille patriarcale, où la femme et les enfants (les faibles) doivent obéissance au père (le fort). Ainsi les structures héritées de l'ordre religieux servent-elles les objectifs des maîtres de l'économie.

Le respect de l'autre, sans quoi l'humanité n'est qu'un vain mot, est fondamentalement le respect pour la femme. Car l'homme s'humilie en humiliant celle sans qui l'humanité ne serait pas. C'est d'ailleurs en traitant de « femme » son ennemi mâle que le macho lui signifie son mépris, montrant par là son peu d'estime pour les femmes et, partant, pour l'humanité en général. Rien d'étonnant à ce que de tels êtres soient célébrés par les médias comme des exemples de virilité (vaillant guerrier, flic de choc, justicier impitoyable, etc.) et appelés à défendre l'ordre contre les rébellions qui les menacent. La misogynie, soeur jumelle de la discipline, est la vertu première des armées (seule La Madelon est acceptée dans l'espace guerrier des « poilus »).

La femme soumise est au coeur de la servilité. Son humiliation est la matrice par où se reproduit l'exploitation de l'homme par l'homme, déshonneur essentiel qui bafoue le sens de l'humain. C'est pour cela que les sociétés hiérarchisées, où des minorités exploitent à leur profit des majorités de gens asservis, ont toujours imposé comme vertu cardinale l'obéissance de la femme. Grâce à cette soumission peuvent en effet être engendrées toutes les autres formes d'asservissement, notamment celui de l'enfant.
L'humiliation de la femme est le motif de base sur quoi se brodent toutes les injustices.

Le respect de l'autorité, qui fait de l'obéissance une vertu, impose à tous l'absence de respect pour les individus, à commencer par la femme. C'est pourquoi l'insoumission, autrement appelée rébellion, est dans les sociétés autoritaires et inégalitaires le crime par excellence. Que les puissants laissent à quelques femmes une part du pouvoir ne changera jamais la logique du système de la domination. L'humiliation partagée est le sort des couples modernes qui, ayant opté pour la parité des charges dans l'exercice des fonctions, doivent avec ensemble plier la nuque devant leurs employeurs communs.

Mais on constate que, malgré les promesses publicitaires des employeurs et les louanges adressées aux femmes qui ont croqué la pomme de la domination, il en est peu parmi elles pour se bousculer aux postes de pouvoir qui leur sont proposés. Certes, peu d'emplois valent qu'on se batte pour les remplir. Devenir caissière dans un supermarché, contrôleuse de bus ou fliquette, n'offre pas assez de satisfactions pour rendre attractive la « libération par le travail ». Quand l'esclave domestique du mari devient esclave salariée de son patron, il lui faudrait un maximum d'aveuglement pour croire qu'elle y gagne en dignité. De fait, la plupart des femmes au travail ne s'y sentent pas plus libres que leurs collègues masculins. Seules quelques-unes, qui compensent leur manque de phallus, symbole sexuel de la domination, par un excès de plaisir à participer au pouvoir, montrent à qui veut les croire le visage satisfait de leur émancipation. Leur joie de porter les insignes de fonctions jadis réservées aux hommes devrait porter écrite sur son front l'inscription : Arbeit macht frei. C'est sans doute pour cela que la journée du 8 mars a toujours été la plus officiellement célébrée dans les sociétés les plus totalitaires, staliniennes ou nationalistes. N'importe quelle dictature sait aujourd'hui présenter au monde un parlement élu et un ministère de la condition féminine.

Mais je préfère évoquer la beauté de ces femmes superbes pour qui la lutte de libération n'a jamais été un combat promotionnel, mais participe de cette universelle pulsion vers la liberté qui caractérise, mieux que les guerres menées par les puissants et les victoires commerciales des marchands, l'histoire humaine. Ces femmes insoumises portent haut l'étendard de la liberté, ensemble avec les filles et les fils rebelles, en vue de la construction d'un monde égalitaire et fraternel. C'est pourquoi tous les hommes ont vocation à être des femmes, « ni putes, ni soumises », mais aussi ni proxénètes, ni instruments de soumission.

Paul Castella"

http://endehors.org/news/2097.shtml

Ps: il me plait bien ce texte Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sary
Elégant Dégustateur du Succulent Dürüm
Elégant Dégustateur du Succulent Dürüm
avatar

Féminin Nombre de messages : 99
Age : 43
Localisation : Quelques part sur la planete terre
Date d'inscription : 12/06/2005

MessageSujet: Re: Journée de la femme   Sam 10 Mar - 13:45

A l'heure de l'galité des sexes, je peux vous assurer que dans certain milieu professionnel les inégalités existent tjrs (salaires, promotion).
Une femme competente , et à competence égale devra se battre encore plus qu'un homme pour faire ses preuves et réussir son plan de carriere...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cr@ckett@
Maître Mystique du Narghilé Mystérieux
Maître Mystique du Narghilé Mystérieux
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 108
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Journée de la femme   Lun 12 Mar - 22:31

Allez, je vais faire la chiante. Mr. Green

Comme on me l'a précisé, ce n'était pas la fête de la femme ms la journée de la femme.

Puis je trouve que c'est une journée un brin "féministe". Puisque nous sommes l'égal de l'homme, pourquoi ne pas instaurez non plus une journée de l"homme? Oui, oui, oui je sais, les hommes ne souffrent pas de discriminations, ... ms bon, en instaurant une telle journée, on entre ds le jeu de la discrimination.

Oh, puis c'est confus comme explication.

Bref, je trouve cette journée nulle. (Moi aussi, je suis douée en argumentation Mr Red )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdemCan
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Masculin Nombre de messages : 1288
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 06/07/2005

MessageSujet: Re: Journée de la femme   Mar 13 Mar - 0:13

Génial Cool gauche Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babel
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Nombre de messages : 1433
Localisation : loin des yeux
Date d'inscription : 28/06/2005

MessageSujet: Re: Journée de la femme   Mer 14 Mar - 18:45

Cr@ckett@ a écrit:
Allez, je vais faire la chiante. Mr. Green
Comme on me l'a précisé, ce n'était pas la fête de la femme ms la journée de la femme.
C'est vrai Cracketta mais pourtant dans certains pays c'est considéré comme une fête (équivalente à la fête des mères par exemple).
En Grèce, ce jour-là les femmes sortent entre elles et laissent les hommes à la maison.
En Roumanie, les femmes sont fêtées et fleuries à la place de la fête des mères qui n'existe pas là-bas.
... et ce n'est que ce que je sais...

Cr@ckett@ a écrit:
Puis je trouve que c'est une journée un brin "féministe". Puisque nous sommes l'égale de l'homme, pourquoi ne pas instaurez non plus une journée de l"homme? Oui, oui, oui je sais, les hommes ne souffrent pas de discriminations, ... ms bon, en instaurant une telle journée, on entre ds le jeu de la discrimination.
Certes, mais pourtant il en existe, dans les cas de divorces par exemple.

Cr@ckett@ a écrit:
Bref, je trouve cette journée nulle. (Moi aussi, je suis douée en argumentation Mr Red )
Yessss... comme toutes les journées de.... et les fêtes de...
Mais faut faire avec... Et puis maintenant - ouffff - c'est passé Langue-moqueurSmiley de débug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faj
Âme Sentimentale qui se lie à l'Anatolie
Âme Sentimentale qui se lie à l'Anatolie
avatar

Masculin Nombre de messages : 5412
Age : 44
Localisation : Brüksel, Canterville
Date d'inscription : 27/04/2005

MessageSujet: Re: Journée de la femme   Ven 16 Mar - 19:25

L'égalité des sexes ??? Etonné
Au repos ou en activité ? Yeux roulants Smiley de débugLangue-moqueur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.parsix.ift.fr/
Babel
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Nombre de messages : 1433
Localisation : loin des yeux
Date d'inscription : 28/06/2005

MessageSujet: Re: Journée de la femme   Jeu 22 Mar - 15:14

Faj a écrit:
L'égalité des sexes ??? Etonné
Au repos ou en activité ? Yeux roulants Smiley de débugLangue-moqueur
Oh Etonné Fajou ... Rougir Langue-moqueurSmiley de débug
Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakannibal
Récent Boss Fort du Phosphorescent Bosphore
Récent Boss Fort du Phosphorescent Bosphore
avatar

Masculin Nombre de messages : 4383
Age : 42
Localisation : Au milieu, au-dessus
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Journée de la femme   Sam 14 Avr - 11:14

LeylaK a écrit:
Et la Belgique ne fait pas exception : toutes fonctions et tous horaires mêlés les salaires de femmes sont toujours inférieurs de 26% à celui des hommes, ils sont inférieurs de 40% dans le secteur bancaire et des assurances. Les femmes sont toujours les premières à devoir réduire leur temps de travail pour s’occuper des enfants et sont du coup exclues des promotions. En Belgique il ya toujours deux plus de femmes que d’hommes qui touchent le salaire minimum. Et les femmes se retrouvent encore trop souvent à la pension avec des carrières incomplètes et de donc de très petites pensions

Mais ces discriminations ne sont pas le seul fait du secteur professionnel, les familles , les écoles orientent encore trop souvent les filles vers des secteurs dits féminins des secteurs mal payés. Les femmes sont aussi les premières victimes de la précarité quand elles élèvent seule leurs enfants.



http://www.rtbf.be/info/societe/ARTICLE_075916


Bonne fête quand même....
Fleur
Tous ces chiffres démontrent que la Belgique est très loin de l'Erope.

Mr. Green

_________________
Ton coeur est libre, trouve le courage de le suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hakannibal.skynetblogs.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journée de la femme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journée de la femme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée de la femme 2017
» Journée Internationale de la Femme - Villefontaine
» Bonne journée de la femme
» Journée de la femme à Fontenay
» anecdote en cette journée de la femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THÉ Et FEU :: FORUMS GENERAUX :: Général-
Sauter vers: