THÉ Et FEU

Bienvenue sur TFE. Buvons du THÉ et discutons autour du FEU. Hoşgeldiniz, sefalar getirdiniz.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rectifier les traditions par la religion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Spartakiste
Fidèle Acharné du Kahvé Enigmatique
Fidèle Acharné du Kahvé Enigmatique
avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 16/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 0:22

Çökelek a écrit:
Ps : la tolérance, ça va un moment, j'en ai marre de vous voir systématiquement cracher sur ma religion, entre autres...

Pourtant, vous savez cque c'est que dse faire traiter de tout les noms sous prétexte que vous ne pensez pas comme les autres.... évitez dc d'en faire autant et laissez tt le monde faire le choix qu'il veut, même si vous pensez qu'on se trompe... est ce que je vous ai déjà dit que vous vous trompez moi?

Où t'as vu que je crachais sur une religion je peux savoir ? De plus je parle des 3 religions monothéistes et non d'une seule comme certains. Mais faut-il encore le remarquer, n'est-ce pas ?
On dit un mot, une idée sur ce forum "spiritualités, traditions" en répondant à l'idée d'un participant et on se fait agresser !
Et qui t'a parlé d'athéisme ici ? Je juge les religions comme je le faisais à l'époque lorsque j'étais croyant sauf que là j'ai pris ma décision de ne plus l'être voilà tout !
C'est marrant mais si j'avais été croyant avec les mêmes idées sur les femmes on m'aurait parlé d'une façon différente.
Ca s'appelle avoir des préjugés...

Restez donc dans vos préjugés en pensant qu'on vous crache dessus...

Y a des gens qui savent juger des idées et d'autres qui ne se limitent qu'à juger des Hommes. Mais de quoi s'étonne t-on n'est-ce pas puisque les religions en ayant jugé les idées contraires de ces Hommes les ont condamné au bûcher et à la mort !

Allez bye, ça commence aussi à me faire ch*** tout ça...

La tolérance est le respect des individus mais pas celui des idées ou des croyances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spartakiste
Fidèle Acharné du Kahvé Enigmatique
Fidèle Acharné du Kahvé Enigmatique
avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 16/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 2:59

Selçuk, à part inviter les gens à lire on ne sait même pas quoi, tu ne peux pas exposer tes idées ? Serais-tu en panne d'imagination pour montrer les bienfaits du chrsitianisme ? Non, car on dirait tjrs que tu connais pas mal de choses mais j'aimerais aussi que tu écrives tout ça, que tu nous mettes des liens ou je ne sais quoi car le débat reste trop limité et resrteint comme souvent à:"je t'invite à ..."

Bon, je me risque malgré tout à étayer un minimum mes idées en t'invitant à donner les tiennes...

Alors, comme ça entre les femmes et le christianisme ça serait le grand Amour ! Comme le prince charmant que certaines continuent de chercher en vain, les femmes peuvent toujours essayer de trouver l'amour inexistant chez Jésus et plus particulièrement dans l'Eglise et ses différents papes.

Allez, je t'invite aussi à lire ce livre de Roger Peytrignet: "Jésus-Christ: mythe ou personnage historique", Ed. La Pensée Universelle, Paris.

Voici ce que j'y trouvé d'intéressant et qui montre en quoi les traditions judéo-chrétiennes ont été inspirées par la Bible.
(Ca va, je suis dans le sujet là ? Je crache pas sur les religions ?)

A l’origine, il y a la Bible qui attribue à la femme le premier péché: voilà qui rend suspectes toutes les filles d’Eve et les voue dès leur naissance à la flétrissure. Ainsi, après la mise au monde d’un garçon, " l’impureté de la mère dure sept jours; quatorze pour une fille. Sa purification exige trente-trois jours pour un mâle, mais pour une fille soixante-dix" (Lév. 12:2-6). D’ordinaire, les filles comptent si peu qu’on ne les mentionne pas dans une descendance.

Plus tard, le fiancé achète l’élue à son père: "il lui passe au nez un anneau et l’emmène" (Gen. 24:47). Elle est dès lors sa propriété: "Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son esclave, ni son bœuf, ni son âne, ni rien qui lui appartienne" (Ex. 20:17 - Deut. 5:21). Aliénant jusqu’à son esprit, elle dit à l’époux: "Ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu" (Ruth 1: 16).

Depuis Lamech, les Juifs étaient polygames et pouvaient répudier leurs femmes sous le moindre prétexte, par exemple un mets trop cuit ou trop salé. On lapidait la femme adultère et "la jeune épousée trouvée non vierge" (Deut. 22:21). La misogynie biblique est gratinée: "la femme est frivole, niaise et ignorante" (Prov. 9:13).

Les grandes religions monothéistes, au-delà des particularismes confessionnels, relaieront l’irrévérence et le mépris pour la femme: "Mieux vaut briser les Tables de la Loi, commente le Talmud, que les lui expliquer." Les femmes se doivent d’être d’abord fécondes pour transmettre aux générations la foi des anciens jours: c’est le rôle majeur que le Créateur leur a dévolu. Au physique, la femme est parfois belle mais toujours dangereuse: "son regard est un filet, ses seins un piège, ses bras des chaînes". Au moral, "mieux vaut la malice d’un homme que la bonté d’une femme" (Eccl. 42:14). En résumé, "la femme est plus amère que la mort". Telle est la parole de Dieu.

Mais l’évolution sociale va nuancer la loi de Moïse: le Nouveau Testament témoigne de mœurs adoucies, marquant un progrès sur l’ancien. On y voit Jésus s’entretenir publiquement avec la Samaritaine et absoudre la femme adultère, lui évitant la lapidation. Certes, le pardon lui était plus facile qu’au mari et l’Evangile donne parfois dans l’insulte: "Qu’y a-t-il de commun entre toi et moi?" (Jean 2:4) ou encore: "Il y avait environ cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants" (Matt. 14:21). Observons aussi un fait peu remarqué: quand la Bible veut humilier quelqu’un, elle l’appelle "le fils de la femme" (Job 15:14). Mais dans l’Evangile, Jésus est toujours "le Fils de l’homme" (Luc 6:5).

théologie de la femme

L’Eglise romaine, pour conférer à la femme un rôle mineur et freiner sa libération, s’inspire de l’Ancien Testament, espérant retrouver le souffle des prophètes. Sa doctrine est simple: "l’homme et la femme sont égaux dans l’ordre surnaturel, mais l’homme est supérieur à la femme au plan naturel".

Mais l’égalité devant Dieu n’entraine pas l’égalité naturelle: elle ne supprime pas plus les classes sociales que les classes d’enterrement. N’ayant pas saisi la nuance, des chrétiennes de la première heure songèrent à s’émanciper mais saint Paul les ramène à la hiérarchie divine: "La tête du Christ, c’est Dieu, la tête de l’homme, c’est le Christ; la tête de la femme, c’est l’homme"

(1 Cor. 11:3). Et l’apôtre d’en fixer les règles pittoresques et futiles, ordonnant à la femme de se voiler la tête dans l’ecclésia. "L’homme n’a pas à se couvrir le chef", dit saint Paul, "parce qu’il est à l’image de la gloire de Dieu, mais la femme n’est que la gloire de l’homme" (1 Cor. 11:7). Le canon 1262 interdit toujours aux femmes d’entrer tête nue dans le lieu saint.

Attribuant au voile un symbole de soumission et d’humilité, Rome l’impose aux croyantes de toutes conditions: aux vierges, aux mariées, aux veuves, aux communiantes, aux nonnes et nonnettes; nulle n’y échappe. Maintes communautés chrétiennes l’imposent encore à leurs pieuses oies: emblème de sujétion, le voile ou la coiffe évoque pour certains le joug courbant le front du bœuf au travail.
Saint Paul reconnait au père le droit de disposer de sa fille à son gré: dès la naissance, il peut la vouer à la virginité; veut-il la marier ou la garder vierge? "qu’il agisse à sa guise: il ne pèche pas. Celui qui marie sa fille fait bien, mais celui qui ne la marie pas fait mieux". (1 Cor. 7:36 sv). La jeune fille passera de la tutelle du père à celle de l’époux. La première épitre de saint Pierre rappelle que "Sarah obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur". Pour saint Paul, "l’épouse doit obéir en tout au mari" (Eph. 5:24).

Unique héritière de l’Empire romain, l’Eglise en a gardé le sens autoritaire et juridique. Conservatrice par sa théologie et ses traditions, elle veut un monde agencé à son goút dans lequel Dieu sème et oú chacun fleurit. De nos jours encore, la hiérarchie ecclésiastique est un modèle de minutie: interminable decrescendo de grades et d’honneur depuis le Souverain Pontife jusqu’au bas-fond du clergé de la Suisse primitive ou du bas Limousin. Les rares femmes admises au concile de Vatican II devaient se taire et écouter: leur attribution officielle d’auditrices définissait parfaitement leur rôle.

la précellence de l’homme

L’assujettissement de la femme est déduite de son origine: née de la côte d’Adam, Eve n’existe que par lui; elle n’est pas honorée d’une création personnelle. On prit longtemps au sens littéral ce récit de la Genèse. "Les femmes n’ont qu’à se souvenir de l’origine", dit Bossuet, "et songer qu’elles viennent d’un os surnuméraire." Désabusée par la science, Rome admit enfin que cette côte est symbolique mais le fidèle est tenu de croire que "la première femme fut formée du premier homme". L’Eglise n’omet jamais de rappeler, en toute gentillesse, qu’Eve a introduit dans le monde le péché, la malédiction et la mort: "C’est par la femme qu’a commencé le péché et c’est à cause d’elle que nous mourons tous" (Eccl. 25:24).

L’infériorité de la femme est donc naturelle. Aristote avait dit qu’elle "est un homme manqué" et saint Thomas de préciser "selon la nature, le masculin et le meilleur, le féminin le moins bon: mas occasionatus". Bonaparte, reliant le Code civil au livre de la Genèse, conclura: "La femme n’est qu’une côte, elle est l’esclave du mari." Ce n’est pas le culte de Marie qui a réhabilité la femme: c’est la promotion sociale de la femme qui a inspiré le culte de Marie. Qu’on ne vienne pas nous dire que le christianisme a émancipé la femme!

misogynie et mythologie

Le judéo-christianisme n’a cependant pas le monopole de l’antiféminisme: si l’on excepte les religions syriennes équivoques oú le prêtre se châtrait en l’honneur des divinités féminines, partout ailleurs, en Egypte et en Grèce, en Chine et au Mexique, en Perse et au Tibet, toutes les mythologies accusaient la première femme du premier péché. Même en écartant les extravagances de l’Inde qui placent la femme au-dessous de la chamelle, on ferait un curieux florilège en picorant les livres sacrés de tous les pays!

Les religions manichéennes affirmaient deux principes immuables: l’un bon, d’essence masculine, qui engendrait l’ordre et la lumière; l’autre mauvais, donc féminin, qui enfantait le chaos et la nuit. Le premier avait le Soleil pour symbole, le second la Lune, astre maléfique. Ne soyons pas trop surpris: si les religions sont d’ordinaire rêvées par les femmes, elles sont dogmatisées par l’homme et codifiées à son profit. La misogynie des religions vient d’un tronc commun: le subconscient masculin. Pour innocenter Dieu du mal et de la mort – notions incompatibles avec la divinité, par essence irréprochable – il charge sa compagne du péché originel: "Ce n’est pas moi, c’est elle" dit Adam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selcuk
Invité



MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 12:34

Seçil a écrit:
Citation :
Pour finir, je t'invite à revir les bienfaits du christiannisme quant à la conception de l'homme et de l'individu après l'expansion du christianisme, et inutile d'etre docteur en droit pour savoir que le christianisme est la première théorie en Europe, (à avoir veritablement de l'influence) affirmant qu'on est tous égaux devant Dieu ... ce qui à l'époque est révolutionnaire.

C'est une blague?


Ouvre un ouvrage d'histoire des libértes publiques et tu verras qui est le rigolo ...
Revenir en haut Aller en bas
Selcuk
Invité



MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 12:36

Seçil a écrit:
Droit Islamique = Seriat (charia)
On n'a qu'a regarder le resultat dans les pays ou elle est appliquée..

A rapeller que le droit islamique est une notion mouvante, non figée.

Quand on voit le niveau économique et social des pays dans lesquels sont appliqués la charia, ou alors la structure de pouvoir qui prédomine, je ne suis pas sur que le seul responsable doit etre le principe selon lequel le droit islamique s'applique dans ces pays.

Après c'est toujours facile de faire des raccourcis.
Revenir en haut Aller en bas
Selcuk
Invité



MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 12:43

Spartakiste a écrit:
Selçuk, à part inviter les gens à lire on ne sait même pas quoi, tu ne peux pas exposer tes idées ? Serais-tu en panne d'imagination pour montrer les bienfaits du chrsitianisme ? Non, car on dirait tjrs que tu connais pas mal de choses mais j'aimerais aussi que tu écrives tout ça, que tu nous mettes des liens ou je ne sais quoi car le débat reste trop limité et resrteint comme souvent à:"je t'invite à ..."

Bon, je me risque malgré tout à étayer un minimum mes idées en t'invitant à donner les tiennes...

Alors, comme ça entre les femmes et le christianisme ça serait le grand Amour ! Comme le prince charmant que certaines continuent de chercher en vain, les femmes peuvent toujours essayer de trouver l'amour inexistant chez Jésus et plus particulièrement dans l'Eglise et ses différents papes.

Allez, je t'invite aussi à lire ce livre de Roger Peytrignet: "Jésus-Christ: mythe ou personnage historique", Ed. La Pensée Universelle, Paris.

Voici ce que j'y trouvé d'intéressant et qui montre en quoi les traditions judéo-chrétiennes ont été inspirées par la Bible.
(Ca va, je suis dans le sujet là ? Je crache pas sur les religions ?)

A l’origine, il y a la Bible qui attribue à la femme le premier péché: voilà qui rend suspectes toutes les filles d’Eve et les voue dès leur naissance à la flétrissure. Ainsi, après la mise au monde d’un garçon, " l’impureté de la mère dure sept jours; quatorze pour une fille. Sa purification exige trente-trois jours pour un mâle, mais pour une fille soixante-dix" (Lév. 12:2-6). D’ordinaire, les filles comptent si peu qu’on ne les mentionne pas dans une descendance.

Plus tard, le fiancé achète l’élue à son père: "il lui passe au nez un anneau et l’emmène" (Gen. 24:47). Elle est dès lors sa propriété: "Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son esclave, ni son bœuf, ni son âne, ni rien qui lui appartienne" (Ex. 20:17 - Deut. 5:21). Aliénant jusqu’à son esprit, elle dit à l’époux: "Ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu" (Ruth 1: 16).

Depuis Lamech, les Juifs étaient polygames et pouvaient répudier leurs femmes sous le moindre prétexte, par exemple un mets trop cuit ou trop salé. On lapidait la femme adultère et "la jeune épousée trouvée non vierge" (Deut. 22:21). La misogynie biblique est gratinée: "la femme est frivole, niaise et ignorante" (Prov. 9:13).

Les grandes religions monothéistes, au-delà des particularismes confessionnels, relaieront l’irrévérence et le mépris pour la femme: "Mieux vaut briser les Tables de la Loi, commente le Talmud, que les lui expliquer." Les femmes se doivent d’être d’abord fécondes pour transmettre aux générations la foi des anciens jours: c’est le rôle majeur que le Créateur leur a dévolu. Au physique, la femme est parfois belle mais toujours dangereuse: "son regard est un filet, ses seins un piège, ses bras des chaînes". Au moral, "mieux vaut la malice d’un homme que la bonté d’une femme" (Eccl. 42:14). En résumé, "la femme est plus amère que la mort". Telle est la parole de Dieu.

Mais l’évolution sociale va nuancer la loi de Moïse: le Nouveau Testament témoigne de mœurs adoucies, marquant un progrès sur l’ancien. On y voit Jésus s’entretenir publiquement avec la Samaritaine et absoudre la femme adultère, lui évitant la lapidation. Certes, le pardon lui était plus facile qu’au mari et l’Evangile donne parfois dans l’insulte: "Qu’y a-t-il de commun entre toi et moi?" (Jean 2:4) ou encore: "Il y avait environ cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants" (Matt. 14:21). Observons aussi un fait peu remarqué: quand la Bible veut humilier quelqu’un, elle l’appelle "le fils de la femme" (Job 15:14). Mais dans l’Evangile, Jésus est toujours "le Fils de l’homme" (Luc 6:5).

théologie de la femme

L’Eglise romaine, pour conférer à la femme un rôle mineur et freiner sa libération, s’inspire de l’Ancien Testament, espérant retrouver le souffle des prophètes. Sa doctrine est simple: "l’homme et la femme sont égaux dans l’ordre surnaturel, mais l’homme est supérieur à la femme au plan naturel".

Mais l’égalité devant Dieu n’entraine pas l’égalité naturelle: elle ne supprime pas plus les classes sociales que les classes d’enterrement. N’ayant pas saisi la nuance, des chrétiennes de la première heure songèrent à s’émanciper mais saint Paul les ramène à la hiérarchie divine: "La tête du Christ, c’est Dieu, la tête de l’homme, c’est le Christ; la tête de la femme, c’est l’homme"

(1 Cor. 11:3). Et l’apôtre d’en fixer les règles pittoresques et futiles, ordonnant à la femme de se voiler la tête dans l’ecclésia. "L’homme n’a pas à se couvrir le chef", dit saint Paul, "parce qu’il est à l’image de la gloire de Dieu, mais la femme n’est que la gloire de l’homme" (1 Cor. 11:7). Le canon 1262 interdit toujours aux femmes d’entrer tête nue dans le lieu saint.

Attribuant au voile un symbole de soumission et d’humilité, Rome l’impose aux croyantes de toutes conditions: aux vierges, aux mariées, aux veuves, aux communiantes, aux nonnes et nonnettes; nulle n’y échappe. Maintes communautés chrétiennes l’imposent encore à leurs pieuses oies: emblème de sujétion, le voile ou la coiffe évoque pour certains le joug courbant le front du bœuf au travail.
Saint Paul reconnait au père le droit de disposer de sa fille à son gré: dès la naissance, il peut la vouer à la virginité; veut-il la marier ou la garder vierge? "qu’il agisse à sa guise: il ne pèche pas. Celui qui marie sa fille fait bien, mais celui qui ne la marie pas fait mieux". (1 Cor. 7:36 sv). La jeune fille passera de la tutelle du père à celle de l’époux. La première épitre de saint Pierre rappelle que "Sarah obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur". Pour saint Paul, "l’épouse doit obéir en tout au mari" (Eph. 5:24).

Unique héritière de l’Empire romain, l’Eglise en a gardé le sens autoritaire et juridique. Conservatrice par sa théologie et ses traditions, elle veut un monde agencé à son goút dans lequel Dieu sème et oú chacun fleurit. De nos jours encore, la hiérarchie ecclésiastique est un modèle de minutie: interminable decrescendo de grades et d’honneur depuis le Souverain Pontife jusqu’au bas-fond du clergé de la Suisse primitive ou du bas Limousin. Les rares femmes admises au concile de Vatican II devaient se taire et écouter: leur attribution officielle d’auditrices définissait parfaitement leur rôle.

la précellence de l’homme

L’assujettissement de la femme est déduite de son origine: née de la côte d’Adam, Eve n’existe que par lui; elle n’est pas honorée d’une création personnelle. On prit longtemps au sens littéral ce récit de la Genèse. "Les femmes n’ont qu’à se souvenir de l’origine", dit Bossuet, "et songer qu’elles viennent d’un os surnuméraire." Désabusée par la science, Rome admit enfin que cette côte est symbolique mais le fidèle est tenu de croire que "la première femme fut formée du premier homme". L’Eglise n’omet jamais de rappeler, en toute gentillesse, qu’Eve a introduit dans le monde le péché, la malédiction et la mort: "C’est par la femme qu’a commencé le péché et c’est à cause d’elle que nous mourons tous" (Eccl. 25:24).

L’infériorité de la femme est donc naturelle. Aristote avait dit qu’elle "est un homme manqué" et saint Thomas de préciser "selon la nature, le masculin et le meilleur, le féminin le moins bon: mas occasionatus". Bonaparte, reliant le Code civil au livre de la Genèse, conclura: "La femme n’est qu’une côte, elle est l’esclave du mari." Ce n’est pas le culte de Marie qui a réhabilité la femme: c’est la promotion sociale de la femme qui a inspiré le culte de Marie. Qu’on ne vienne pas nous dire que le christianisme a émancipé la femme!

misogynie et mythologie

Le judéo-christianisme n’a cependant pas le monopole de l’antiféminisme: si l’on excepte les religions syriennes équivoques oú le prêtre se châtrait en l’honneur des divinités féminines, partout ailleurs, en Egypte et en Grèce, en Chine et au Mexique, en Perse et au Tibet, toutes les mythologies accusaient la première femme du premier péché. Même en écartant les extravagances de l’Inde qui placent la femme au-dessous de la chamelle, on ferait un curieux florilège en picorant les livres sacrés de tous les pays!

Les religions manichéennes affirmaient deux principes immuables: l’un bon, d’essence masculine, qui engendrait l’ordre et la lumière; l’autre mauvais, donc féminin, qui enfantait le chaos et la nuit. Le premier avait le Soleil pour symbole, le second la Lune, astre maléfique. Ne soyons pas trop surpris: si les religions sont d’ordinaire rêvées par les femmes, elles sont dogmatisées par l’homme et codifiées à son profit. La misogynie des religions vient d’un tronc commun: le subconscient masculin. Pour innocenter Dieu du mal et de la mort – notions incompatibles avec la divinité, par essence irréprochable – il charge sa compagne du péché originel: "Ce n’est pas moi, c’est elle" dit Adam.



Nobel,

Malgré nos visions diffèrentes, j'apprécie ta verve, et ne considère pas que tu craches sur les religions, comme le font d'autres.

Néanmoins, je t'invite à relire ce que j'ai écrit, on sent un agacement et un enervement dans ton post qui montre bien que tu lis une ligne sur deux du texte que j'ai publié = je parlais des femmes DANS l'islam, et je n'ai pas évoqué le sort des femmes dans la bible ou dans la torah, pour la simple et bonne raison que je ne connais pas le droit canonique ou les commandements de la religion juive.


J'evoque seulement le fait, partagé par bien des historiens, que l'apparition du christiannisme en Europe a été un bouleversement dans l'histoire des idées politiques, nottament parce qu'elle introduisait la notion d'égalité entre les hommes et l'universalisme... notions qu'on retrouvera plus tard dans la declaration des droits de l'homme. Voila tout ce que j'ai dis sur la religion chrétienne.

Salutations.
Revenir en haut Aller en bas
Toxik
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Nombre de messages : 1712
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 13:07

Citation :
J'evoque seulement le fait, partagé par bien des historiens, que l'apparition du christiannisme en Europe a été un bouleversement dans l'histoire des idées politiques, nottament parce qu'elle introduisait la notion d'égalité entre les hommes et l'universalisme... notions qu'on retrouvera plus tard dans la declaration des droits de l'homme. Voila tout ce que j'ai dis sur la religion chrétienne.

Bein ca prouve que tu ne connais rien au christianisme. Ce n'est pas le christianisme qui a impreigné la Declaration des Droits de l'Homme mais la liberation par rapport aux dogmes de ce dernier. Je vois tres mal l'Eglise telle quelle etait au 18ieme siecle , declarer que les "hommes naissent libres et egaux".
Ce sont les philosophes du 17ieme et du 18 ieme et l'apport des Lumieres qui sont à l'origine de la Declaration DDH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toxik
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Nombre de messages : 1712
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 13:10

Selcuk a écrit:
Seçil a écrit:
Citation :
Pour finir, je t'invite à revir les bienfaits du christiannisme quant à la conception de l'homme et de l'individu après l'expansion du christianisme, et inutile d'etre docteur en droit pour savoir que le christianisme est la première théorie en Europe, (à avoir veritablement de l'influence) affirmant qu'on est tous égaux devant Dieu ... ce qui à l'époque est révolutionnaire.

C'est une blague?


Ouvre un ouvrage d'histoire des libértes publiques et tu verras qui est le rigolo ...

Ouvre un livre sur l'Inquisition , et l'Histoire de l'Eglise Catholique tu verra qui es le plus rigolo...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toxik
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Nombre de messages : 1712
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 13:13

Selcuk a écrit:
Seçil a écrit:
Droit Islamique = Seriat (charia)
On n'a qu'a regarder le resultat dans les pays ou elle est appliquée..

A rapeller que le droit islamique est une notion mouvante, non figée.

Quand on voit le niveau économique et social des pays dans lesquels sont appliqués la charia, ou alors la structure de pouvoir qui prédomine, je ne suis pas sur que le seul responsable doit etre le principe selon lequel le droit islamique s'applique dans ces pays.

Après c'est toujours facile de faire des raccourcis.

C'est fou ce que c'est pauvre l'Arabie Saoudite ...
Entre theocratie et democratie, il n'y pas de juste milieux possible..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selcuk
Invité



MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 13:15

Seçil a écrit:
Citation :
J'evoque seulement le fait, partagé par bien des historiens, que l'apparition du christiannisme en Europe a été un bouleversement dans l'histoire des idées politiques, nottament parce qu'elle introduisait la notion d'égalité entre les hommes et l'universalisme... notions qu'on retrouvera plus tard dans la declaration des droits de l'homme. Voila tout ce que j'ai dis sur la religion chrétienne.

Bein ca prouve que tu ne connais rien au christianisme. Ce n'est pas le christianisme qui a impreigné la Declaration des Droits de l'Homme mais la liberation par rapport aux dogmes de ce dernier. Je vois tres mal l'Eglise telle quelle etait au 18ieme siecle , declarer que les "hommes naissent libres et egaux".
Ce sont les philosophes du 17ieme et du 18 ieme et l'apport des Lumieres qui sont à l'origine de la Declaration DDH.


Deformation des propos comme tu nous tiens ...

Certains ne veulent lire que ceux qui les arrange.
Je n'ai pas dis que le christiannisma avait imprégné la declaration des droits de l'homme, je dis juste qu'il a apporté à l'époque une vision de l'homme egalitariste et profondément humaniste qui a modifié en longueur l'histoire des idées politiques !!!

Alors évidemment l'histoire de la relation du christiannisme et des droits de l'homme est compliqué, plus en tout cas que celle que tu montres à savoir que les deux sont des doctrines completement opposés et independantes ... n'importequoi.

En tout cas, si tu as envie de desaprouver les specialistes de l'histoire des idées politiques ou du droit des libertés publiques, tu peux, moi je n'en ais pas l'immodestie.
Revenir en haut Aller en bas
Toxik
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Nombre de messages : 1712
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 14:23

Selcuk a écrit:


Deformation des propos comme tu nous tiens ...

Certains ne veulent lire que ceux qui les arrange.
Je n'ai pas dis que le christiannisma avait imprégné la declaration des droits de l'homme, je dis juste qu'il a apporté à l'époque une vision de l'homme egalitariste et profondément humaniste qui a modifié en longueur l'histoire des idées politiques !!!

Non je ne deforme pas tes propos tu as dis que "le christianisme avait introduit la notion d'egalité et qu'on la retrouvé dans le processus qui a donné lui a la declaration des droits de l'homme"

Citation :
En tout cas, si tu as envie de desaprouver les specialistes de l'histoire des idées politiques ou du droit des libertés publiques, tu peux, moi je n'en ais pas l'immodestie.

Et toi tu devrais avoir la modestie de ne pas brandir tes lectures de droits trouvé je ne sais ou. (suermann??)
Depuis quand a ton avis l'eglise reconnait "la liberté de choisir sa religion" ?? a peine qq decennies , pour une institution vieille de 1800 ans.
Le christianisme a mis a l'Index toutes les personnes (philosophes ,ecrivain, scientifiques, pretres) qui justement proné la liberté de pensée , la liberté d'expression et la liberté de religion quand elle n'a ps pu les envoyer au bucher. on ne parle meme pas de la condition de la femme selon le christianisme.
Si le christianisme avait ete à l'origine du droit publique , elle n'aurait pas ete ecarté du pouvoir apres la Revolution francaise

Quand l'histoire a l'a memoire courte.

Aujourd'hui , le christianisme combat encore les libertés public , la ou elle le peut. (A moins que nous n'ayons pas la meme notiion de ce qu'est "les droits de l'homme" .)
Si le christianisme reconnaissait la liberté de conscience , l'eglise ne se donnerait pas la peine de financer a hauteur de millions d'euros , les reseaux de missionnaires en afrique et en asie (devine qu'elle est la confession actuelle des futurs convertis?)
Si le christianisme reconnais les droits des femmes , il ne continuerait pas à lutter contre une des premieres libertés de la femme : Le droit a l'avortement
si le christianisme reconnaissait le droit a des soins : mere teresa n'aurait pas dirigé de veritable mouroirs

Ceux qui disent que le christianisme est a l'origine d'une vision egalitariste de l'humanité (les specialistes qui te sont chers) , veulent simplement dire "regardez nous , nous avons amené grace a notre religion de paix , les droits de l'homme sur terre" , et on sait tres bien a qui le message s'adresse. Au monde musulman bien sur , c'est comme un faire valoir de superioté religieuse , un discours typiquement americain ...(et à d'autres de surencherir, que la bataille commence )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Çökelek
Maître Mystique du Narghilé Mystérieux
Maître Mystique du Narghilé Mystérieux
avatar

Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Jeu 31 Mar - 23:18

Spartakiste a écrit:
Çökelek a écrit:
Ps : la tolérance, ça va un moment, j'en ai marre de vous voir systématiquement cracher sur ma religion, entre autres...

Pourtant, vous savez cque c'est que dse faire traiter de tout les noms sous prétexte que vous ne pensez pas comme les autres.... évitez dc d'en faire autant et laissez tt le monde faire le choix qu'il veut, même si vous pensez qu'on se trompe... est ce que je vous ai déjà dit que vous vous trompez moi?

Où t'as vu que je crachais sur une religion je peux savoir ? De plus je parle des 3 religions monothéistes et non d'une seule comme certains. Mais faut-il encore le remarquer, n'est-ce pas ?
On dit un mot, une idée sur ce forum "spiritualités, traditions" en répondant à l'idée d'un participant et on se fait agresser !
Et qui t'a parlé d'athéisme ici ? Je juge les religions comme je le faisais à l'époque lorsque j'étais croyant sauf que là j'ai pris ma décision de ne plus l'être voilà tout !
C'est marrant mais si j'avais été croyant avec les mêmes idées sur les femmes on m'aurait parlé d'une façon différente.
Ca s'appelle avoir des préjugés...

Restez donc dans vos préjugés en pensant qu'on vous crache dessus...

Y a des gens qui savent juger des idées et d'autres qui ne se limitent qu'à juger des Hommes. Mais de quoi s'étonne t-on n'est-ce pas puisque les religions en ayant jugé les idées contraires de ces Hommes les ont condamné au bûcher et à la mort !

Allez bye, ça commence aussi à me faire ch*** tout ça...

La tolérance est le respect des individus mais pas celui des idées ou des croyances.


J't'expliquerais quand jte verrais... ça sera plus facile, là, quoique je dises, tu vas encore t'emporter (même si je ne pensais pas qu'à toi quand j'ai écrit ça).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selcuk
Invité



MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Ven 1 Avr - 12:06

Seçil a écrit:
Selcuk a écrit:


Deformation des propos comme tu nous tiens ...

Certains ne veulent lire que ceux qui les arrange.
Je n'ai pas dis que le christiannisma avait imprégné la declaration des droits de l'homme, je dis juste qu'il a apporté à l'époque une vision de l'homme egalitariste et profondément humaniste qui a modifié en longueur l'histoire des idées politiques !!!

Non je ne deforme pas tes propos tu as dis que "le christianisme avait introduit la notion d'egalité et qu'on la retrouvé dans le processus qui a donné lui a la declaration des droits de l'homme"

Citation :
En tout cas, si tu as envie de desaprouver les specialistes de l'histoire des idées politiques ou du droit des libertés publiques, tu peux, moi je n'en ais pas l'immodestie.

Et toi tu devrais avoir la modestie de ne pas brandir tes lectures de droits trouvé je ne sais ou. (suermann??)
Depuis quand a ton avis l'eglise reconnait "la liberté de choisir sa religion" ?? a peine qq decennies , pour une institution vieille de 1800 ans.
Le christianisme a mis a l'Index toutes les personnes (philosophes ,ecrivain, scientifiques, pretres) qui justement proné la liberté de pensée , la liberté d'expression et la liberté de religion quand elle n'a ps pu les envoyer au bucher. on ne parle meme pas de la condition de la femme selon le christianisme.
Si le christianisme avait ete à l'origine du droit publique , elle n'aurait pas ete ecarté du pouvoir apres la Revolution francaise

Quand l'histoire a l'a memoire courte.

Aujourd'hui , le christianisme combat encore les libertés public , la ou elle le peut. (A moins que nous n'ayons pas la meme notiion de ce qu'est "les droits de l'homme" .)
Si le christianisme reconnaissait la liberté de conscience , l'eglise ne se donnerait pas la peine de financer a hauteur de millions d'euros , les reseaux de missionnaires en afrique et en asie (devine qu'elle est la confession actuelle des futurs convertis?)
Si le christianisme reconnais les droits des femmes , il ne continuerait pas à lutter contre une des premieres libertés de la femme : Le droit a l'avortement
si le christianisme reconnaissait le droit a des soins : mere teresa n'aurait pas dirigé de veritable mouroirs

Ceux qui disent que le christianisme est a l'origine d'une vision egalitariste de l'humanité (les specialistes qui te sont chers) , veulent simplement dire "regardez nous , nous avons amené grace a notre religion de paix , les droits de l'homme sur terre" , et on sait tres bien a qui le message s'adresse. Au monde musulman bien sur , c'est comme un faire valoir de superioté religieuse , un discours typiquement americain ...(et à d'autres de surencherir, que la bataille commence )


Oui secil !!!

Le christiannisme a introduit la notion d'égalité, notion qui est à la base de la declaration de 1789 !!!

Le probleme c'est que tu ne sais pas lire, et déduit de ma phrase que le christiannisme est à la base de la ddh. C'est un procédé honteux que d'inventer des opinions à son interlocuteur juste pour justifier son ignorance.

Et oui, une enieme fois, en matière d'idées politiques, d'histoires des libértés fondamentales, la parole de Jesus a influencé favorablement, dans le sens d'une reconnaissance des droits humains, la pensée à l'époque !!!!

Je parle d'égalité, je n'ai jamais parlé de libérté de conscience !!!

Quant à ton ton raisonnement qui consiste à dire, de façon generalisée et univoque, que le christianisme lutte contre :

_ les libértés publiques (cf = appels du pape contre la dictature en general, pour un meilleur sort aux peuples des pays pauvres)

_ le droit des femmes (cf = pour secil, dire qu'on est contre l'avortement, c'est dire qu'on est forcement contre la femme ... saisissant de simplisme)

_ le droit des soins = le christiannisme ne reconnaitrait pas le droit a la santé (traduction du droit aux soins ???) parce que mere theresa a dirigé des mouroirs ???????

C'est quoi le rapport ???? En quoi le christiannisme est responsable de la pauvreté dans le monde ??? Sais tu ce que certaines confréries religieuses, membres de clergés, apportent en terme de soins et de reconfort à des millions de gens ????

TOUT CA POUR DIRE QU'ON NE PEUT EN RIEN GENERALISER ET DIRE QUE LE CHRISTIANNISME A FORCEMENT ETE MAUVAIS OU BON, IL Y A EU DES COTES POSITIFS, ET D'AUTRES NEGATIFS.

Et ceux qui disent que le christiannisme a bouleversé l'histoire des idées politiques SONT DES CHERCHEURS A L UNIVERSITE tous competents dans leurs domaines, et qui ne sont pas a la solde de bush !!!!


La justification à dix balles !!!!!!


Non au racisme anti-religieux qui consisterait à jeter l'opprobre contre toutes les religions et à les considerer comme responsable de tous les maux sur terre !!!!

Non à la desinformation subjective !!!

Non au mensonge !!!
Revenir en haut Aller en bas
Toxik
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
Sublime Conteur des Mille et Une Nuits
avatar

Nombre de messages : 1712
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Ven 1 Avr - 20:28

Citation :
Le christiannisme a introduit la notion d'égalité, notion qui est à la base de la declaration de 1789 !!!

Le probleme c'est que tu ne sais pas lire, et déduit de ma phrase que le christiannisme est à la base de la ddh. C'est un procédé honteux que d'inventer des opinions à son interlocuteur juste pour justifier son ignorance.

Et oui, une enieme fois, en matière d'idées politiques, d'histoires des libértés fondamentales, la parole de Jesus a influencé favorablement, dans le sens d'une reconnaissance des droits humains, la pensée à l'époque !!!!

1) tout ce que tu blablate revien a ce que j’ai dis , le christianisme n’a accepté (introduit) la notiion d’egalité qu’avec les derniers papes (voir mon post ou j’ai ecrit « y’a qq decennies de ca »)
2) Le probleme c'est que tu ne sait pas ecire en general "a introduit" veut dire celui qui l "a inventé"
2) Si tu regardait un peu les 2000 ans de l’histoire du christianisme tu verrai que ce n’est pas jesus (malheuresement) qui a fait la religion chretienne.


Citation :
_ les libértés publiques (cf = appels du pape contre la dictature en general, pour un meilleur sort aux peuples des pays pauvres)
1) C’est un demagogue , « peace & love » devant , « je donne ma benediction aux dictateurs » deriere .

Citation :
_ le droit des femmes (cf = pour secil, dire qu'on est contre l'avortement, c'est dire qu'on est forcement contre la femme ... saisissant de simplisme)
2) Etre contre l’avortement est un droit , la liberté de pas avorter existe, celles qui ne le veulent pas sont libres de ne pas avorter. Mais essayer de s’immiscer en politique pour faire annuler « le droit a l’avortement » ca s’appelle vouloir restreindre la liberté des femmes.

Citation :
_ le droit des soins = le christiannisme ne reconnaitrait pas le droit a la santé (traduction du droit aux soins ???) parce que mere theresa a dirigé des mouroirs ???????

C'est quoi le rapport ???? En quoi le christiannisme est responsable de la pauvreté dans le monde ??? Sais tu ce que certaines confréries religieuses, membres de clergés, apportent en terme de soins et de reconfort à des millions de gens ????
3) C’est pas des cliniques dont je te parle , mais de « mouroirs » , c’est a dire des endroits ou on laisse mourir les gens sans leur donner des soins !! Je mettrais un article en ligne d’un ONG pour que tu puisse comprendre petit

Citation :
TOUT CA POUR DIRE QU'ON NE PEUT EN RIEN GENERALISER ET DIRE QUE LE CHRISTIANNISME A FORCEMENT ETE MAUVAIS OU BON, IL Y A EU DES COTES POSITIFS, ET D'AUTRES NEGATIFS.
Oui il y’a eu des cotés positifs et d’autres negatifs. Encore faut il avoir assez de logique et d’exprit critique pour regarder la balance….

Citation :
Et ceux qui disent que le christiannisme a bouleversé l'histoire des idées politiques SONT DES CHERCHEURS A L UNIVERSITE tous competents dans leurs domaines, et qui ne sont pas a la solde de bush !!!!
J'adore l'argumentation par la majuscule Langue-moqueur
La position sociale ou le niveau d’etude d’une personne n’atteste pas la credibilité ni la veracité de sa these.
Mais ca fascine les ptits jeunes comme toi……waw il est grand pui il est chercheurrr Langue-moqueur Langue-moqueur
Ps : BUSH aussi est allé a l’université en plus pas n’importe laquelle « YALE » Mr. Green


Citation :
Non au racisme anti-religieux qui consisterait à jeter l'opprobre contre toutes les religions et à les considerer comme responsable de tous les maux sur terre !!!!
- C'est nouveau le "racisme anti-religieux" , c'est un terme que tu viens d'inventer????. Le rascisme c'est envers des personnes pas envers des ideologies. On a le droit d'etre anti-communiste , on en devient pas "raciste anti-communiste" , on a le droit d'etre anti-atheisme , on en devient pas "rasciste anti-atheisme"...

- Non personne n’a dit que la religion etait responsable de tout les maux de la terre , ni de la majorité des maux de la terre…………mais de pas mal

Citation :
Non à la desinformation subjective !!!

Non au mensonge !!!

Qu’est ce qui t’arrive , on dirai que tu participes a une manif des syndicat Sourire
Youpi j’adore les slogans je vais my mettre aussi Hourra

NON au chocolat blanc !!!
NON aux cheveux abimés et cassants , vive l’Oreal !!

PS: dire que l'eglise catholique a condamné a la mort plus d'1 million de personne entre le 12ieme et le 16ieme siecle ce n'est pas de la "desinformation subjective" , mais de "l'information objective" , car c'est ce qui s'est reellement passé, ce n'est pas une interpretation cest un fait historique , l'archive des victimes se trouvant au vatican
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Administrateur Général
avatar

Nombre de messages : 30
Localisation : Planète TFE
Date d'inscription : 06/03/2005

MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   Ven 1 Avr - 21:08

Bonsoir,

Vous êtes chacun invités à rester dans les limites de la courtoisie. Evitez, je vous prie, de dévier vers les attaques personnelles et les propos rabaissants.

Cet appel ne vise personne en particulier et concerne chacun. Merci de votre compréhension.

_________________
Administrateur Général du forum TFE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-tfe.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rectifier les traditions par la religion   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rectifier les traditions par la religion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» faire découvrir les traditions et coutumes polonaises aux enfants
» les rois Calvi 8 janvier 2011,traditions legion etrangere
» Les faux amis, ou le profit sur le dos des traditions.
» Musée des Traditions et Arts Normands
» Bague de fiançailles : traditions et coutumes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THÉ Et FEU :: ECHANGES DE POINTS DE VUE :: Spiritualité, Traditions-
Sauter vers: